« Sécurité Alimentaire »

La définition du concept de « Sécurité Alimentaire » , qui est la plus communément acceptée aujourd’hui , est celle qui a été définie par la FAO lors du sommet mondial de l’alimentation tenu à Rome en 1996 à savoir « la sécurité alimentaire est assurée quand toutes les personnes , en tout temps, ont économiquement , socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante , sûre et nutritive qui satisfait leurs besoins nutritionnels et leurs préférences alimentaires pour leur permettre de mener une vie active et saine ».
Par ailleurs l’aspect multidimensionnel de la sécurité alimentaire qui se décline aussi bien quantitativement que qualitativement selon quatre aspects : la disponibilité alimentaire, l’accès à la nourriture, la stabilité du marché de la consommation, et la salubrité du produit.
La notion d’ordre public sanitaire entend la confiance dans les indications géographiques et les labels, loin de tout risque de contamination.
Selon les termes de la déclaration sur les droits de l’homme des nations unis de 1948 « le droit à l’alimentation » est actuellement reconnu dans les constitutions de plus de 40 pays.
La constitution Tunisienne à titre d’exemple stipule dans l’art 21 de la constitution de 2014 que l’État veille à leur assurer les conditions d’une vie digne ».
Le cadre de la libre circulation des produits alimentaires exige l’intervention de l’autorité de l’État et la prise en compte des droits du citoyen entre qualité alimentaire et sécurité alimentaire.
A ce propos la notion de sécurité alimentaire revêt une double dimension, quantitative qui se reflète par une nourriture suffisante et qualitative par une nourriture saine.
Réfléchir à encadrer la sécurité alimentaire par des textes spécifiques parait important, de même que mettre l’accent sur les instruments juridiques existants dans certains pays, afin de diagnostiquer les restrictions à la liberté de production ou de commercialisation de certains produits ou aliments chaque fois que la vie ou la santé des personnes est mise en cause ou en péril. Les ressources alimentaires dans la phase naturelle ou de production sont de plus en plus fragilisées, engagent nécessairement une préservation, car c’est une question d’ordre stratégique qui doit être mise en valeur par des instruments juridiques selon une politique bien déterminée, afin de véhiculer un impératif qui est celui de la sécurité alimentaire dans un ordre public soutenu par des mesures impératives que l’État doit mettre en œuvre.
La seule finalité qui vaille d’être défendu pour elle-même est celle de la sécurité alimentaire garantie pour chaque personne, la question est de détecter la situation actuelle, la stratégie d’y veiller et comment le droit peut y contribuer ?
A cette fin, le symposium Sud. Sec. Med, dans sa septième édition, après s’être intéressé aux problématiques de la sécurité en Méditerranée en eau , en énergie et autres se focalise cette année sur « La Sécurité Alimentaire & l’Ordre Public Sanitaire En Méditerranée » vue l’imbrication évidente entre les options stratégiques et les différents problèmes majeurs que connait cette thématique, face à la défaillance des politiques dans certains cas d’espèces et face à certains problèmes tels que : l’utilisation excessive des pesticides, la manipulation agro-alimentaire ou l’insécurité de certains produits qui touchent à la santé du citoyen, quelles solutions peuvent préconiser les instances concernées par le contrôle au sein des pays de la Méditerranée ?
Une panoplie de questions auxquelles tentera de répondre un groupe d’experts nationaux et internationaux durant ce Symposium organisé en tant que partenariat réfléchi, entre le Centre des Études Méditerranéennes et Internationales et la Konrad Adenauer Stiftung #KAS, et ce les 06 et 07 Décembre 2018.

Agenda

08 February
25 January
11 January